POLYCHROMES

TOUTES LES CULTURES LGBT : ARTS VISUELS - PRATIQUES ARTISTIQUES - SPECTACLES VIVANTS - CHORALE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES - LITTERATURE - DECOUVERTE DU PATRIMOINE


Poésies sous le soleil

dimanche 30 mars 2008, par Jean-louis Garac

Toutes les versions de cet article :

  • français

Olivier Holdowicz nous propose 3 poèmes. C’est un garçon gay-friendly qui s’est fait connaître et apprécier au sein de Polychromes, via la chorale où il s’est inscrit en septembre dernier ; il a aussi un vrai don d’écriture qu’il a eu récemment la gentillesse de me faire découvrir…

La poésie et le talent poétique (pour l’exprimer) sont deux choses rares de nos jours, et au niveau humain l’attention, la générosité et le rayonnement personnel tout aussi difficiles à dénicher chez nos contemporains ! Et bien si vous prenez ces différentes données, que vous mixez l’ensemble, cela donne un garçon talentueux, attachant qui nous invite à redécouvrir les choses essentielles qui nous entourent et que l’ont finit souvent par ne plus voir !

Olivier Holdowicz, avec sa malice et son authenticité, nous insuffle par touches naïves et sincères ce goût de la vie et du soleil, autant celui qui luit au-dessus de nos têtes que celui qu’il faut réveiller au fond de nos cœurs ! Voici trois poèmes d’Olivier comme « vitamines » pour bien commencer le Printemps, alors maintenant à vous de créer et d’inviter le SOLEIL dans vos cœurs...

* * * * * * * * * * * *

Nice

Les petites rues de Nice
Tortueuses et pleines d’épices !
Même avant l’heure du repas
De doux parfums suivent mes pas.
Une personne contemple des poulets
Libérant de la rôtissoire des parfums,
D’autres en files allongées
Respirent l’odeur des croissants.
Le soleil caresse les couleurs
De la vieille ville en douceur,
Les aliments aux bonnes odeurs
Pénètrent et gonflent mon cœur !
La foule beigne dans ce décor
Jusqu’à ce que je sorte
Pour respirer la mer
Et la douceur de l’air.
Le bleu lumineux me saisit,
Les mouvements tourbillonnants
Me donnent très envie
De plonger en dedans !
Rien ne m’arrête,
La température et douce
Et je plonge en fait
Dans la blanche mousse.

* * * * * * * * * * *

Perdu dans la mer

Je suis seul, je nage
Dans la mer en rage !
Il y a de blancs nuages,
Je suis loin de la plage
Et de ses coquillages.
Comme prisonnier dans une cage,
Je ne vois plus de feuillage,
Je ne ressens que le langage
De l’eau et des nuages.
Il n’y a plus d’arbitrage,
Plus de barrages,
Libre d’aller à la nage
Sur une bouée de sauvetage
Et attendre. J’aurai une page
Dans l’histoire du futur âge.
N’écrivez pas ma page
Dans celle du moyen-âge,
Au temps des rois mages.
Mon seul message,
Laissé dans mes bagages
Qui flotteront au rivage,
Il sera pris pas un sage,
A travers des passages,
Traversera des aiguillages,
Sera imprimé par un bel outillage
Et publier dans divers ouvrages.

* * * * * * * * * * *

Le regard

Je vois avec chaleur,
Dans mes yeux rieurs,
Les petites lueurs,
D’amour et de bonheur.
Si ma joie s’amplifie,
Toute sérénité
Du regard me remplit
De force pour aimer.
Tout seul, face au miroir,
En me voyant heureux,
Je me gonfle d’espoir,
Par le sourire des yeux.
Je peux rester des heures,
A rire de tout coeur
Des formes du regard !
Cette joie est un art.
Je me vois simplement,
Riant dans le miroir,
Comme tous les vivants
Aimerait tant se voir.
Comme dans ce dernier,
Si tout être pouvait
Regarder son ami
Dans des yeux adoucis ;
Une pure douceur
Donnerai au visage
Le doux langage
Des profondeurs.

merci à Olivier Holdowicz pour ces trois poèmes à Polychromes


RSS 2.0 [?]

Espace privé

Site réalisé avec SPIP
Squelettes GPL Lebanon 1.9