POLYCHROMES

TOUTES LES CULTURES LGBT : ARTS VISUELS - PRATIQUES ARTISTIQUES - SPECTACLES VIVANTS - CHORALE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES - LITTERATURE - DECOUVERTE DU PATRIMOINE


SEMINAIRE LSH | Le genre en situation coloniale et post-coloniale Paris New York University in Paris

samedi 25 octobre 2008, par Julien Tardif

Toutes les versions de cet article :

  • français

Séminaire mensuel à New York University in Paris 56 rue de Passy dans le XVIe arrondissement.

Françoise Gaspard et Christelle Taraud Tous les seconds mercredis du mois de 18H00 à 20H00

Ouvert à tous les publics, ce séminaire a vocation à devenir une plateforme de réflexions et de discussions sur les questions de genre, de colonie et de post-colonie. C’est pourquoi vous y êtes, bien sûr, conviés, ainsi que toutes les personnes à qui vous penseriez que ce séminaire pourrait être utile - et notamment aux étudiants et étudiantes qui travaillent au croisement de ces deux champs.

Coloniser a toujours été perçu comme un acte essentiellement masculin. C’est sans doute pour cette raison que l’histoire de la colonisation (et de la décolonisation) - qui, jusqu’à une date récente, était le plus souvent écrite par des hommes - n’a fait que peu de place aux femmes, aux rapports sociaux de sexe, à la construction des identités de genre et plus encore à l’histoire de la sexualité en situation coloniale. Considérées comme quantités négligeables dans les périodes belliqueuses (de guerre ou de pacification), les femmes (et par extension le genre et les questions sexuelles) n’ont certes pas eu une visibilité plus importante en temps de paix alors même qu’elles se trouvent, comme agents d’un mission civilisatrice française dont le triptyque fondateur est « éduquer, moraliser, convertir », au cœur de l’affirmation de la puissance nationale et de la domination coloniale. Au point que l’on peut à juste titre se demander aujourd’hui si la colonisation française a bien eu, à un moment de son histoire, un genre ? Pour répondre à cette question, le séminaire mensuel « Le genre en situation coloniale et post-coloniale » se propose de faire, dans un premier temps, un état des lieux de la question sur la longue durée (des débuts du second Empire colonial français au XIXe siècle à ses prolongements post-coloniaux d’aujourd’hui) en privilégiant l’approche interdisciplinaire et trans-coloniale (pour éviter la surexposition d’une partie de l’Empire au détriment des autres) et trans-impériale (en n’hésitant pas à recourir au comparatisme pour expliquer tant la gestion coloniale que post-coloniale des politiques genrées/et sexuelles) et dans un souci de va-et-vient chronologique qui prenne le passé comme moyen privilégié d’éclairer, d’analyser, et de comprendre, le présent de la France mais aussi des anciens territoires colonisés. Dans cette perspective, on s’efforcera tout particulièrement de mettre en commun de nouvelles sources, de nouvelles problématiques et de nouvelles approches (liant par exemple micro-histoire et histoire sociale, subaltern studies et post-colonial studies aux gender studies) dans le but de circonscrire un territoire émotionnel et politique (le genre en situation coloniale et post-coloniale) qui semble chaque jour, au regard des très nombreuses polémiques qui sont en lien avec (collaboration charnelle, tortures et viols pendant le guerre d’Algérie, violences sexuelles de la guerre civile en Algérie, affaire des viols collectifs dans les quartiers difficiles, question du voile et de la laïcité, « qualités essentielles » et virginité dans le mariage en France…) prendre plus d’importance, aussi bien dans ce qui fut l’Empire colonial français, qu’en France post-coloniale.

Programme des quatre premières séances :

Mercredi 12 novembre 2008 : Présentation par Françoise Gaspard et Christelle Taraud. Problématique et enjeux d’un séminaire sur le genre en situation coloniale et post-coloniale.

Françoise Gaspard est Maîtresse de Conférence à l’EHESS et experte à l’ONU pour les questions de Femmes. Elle est notamment l’auteur (avec Claude Servan-Schreiber et Anne Le Gall) de Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, parité, Paris, Le Seuil, 1992 ; et (avec Farad Khoroskovar) du livre Le foulard et la République, Paris, La Découverte, 1995.

Christelle Taraud est Professeure dans les programmes parisiens de NYU et de Columbia University et chercheuse au Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Paris I/Paris IV). Elle est par ailleurs l’auteure de La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris Payot, 2003.

Mercredi 10 décembre 2008 : Claudine Guiard, « Le genre à l’épreuve des Européennes d’Algérie (1830-1939) ».

Claudine Guiard, qui a fait toute sa carrière dans le secondaire, est Docteure en histoire et membre du groupe de recherche Femmes-Méditerranée de la MMSH d’Aix en Provence. Sa thèse portant sur la question des Européennes dans l’Algérie coloniale des années 1830-1939 va être prochainement publiée aux PUP.

Mercredi 14 janvier 2009 : Odile Goerg, « De l’histoire des femmes à une perspective de genre dans les études africaines en France ».

Odile Goerg est Professeure d’Histoire de l’Afrique contemporaine à l’Université Paris-7 Denis Diderot et membre du Laboratoire SEDET/CNRS (Sociétés en développement dans l’Espace et le Temps, UMR 7135). Elle est l’auteure de très nombreux ouvrages et articles sur l’histoire de l’Afrique sub-saharienne et notamment Odile Goerg (dir.), « Perspectives historiques sur le genre en Afrique », Cahiers Afrique n°23, L’Harmattan, 2007 ; et (avec Marie Rodet et Natalya Vince), « Fracturing Binarisms : Gender and Colonialisms in Africa », Stichproben, Vienna, Journal of African Studies, Vienne, 2007

Mercredi 11 février 2009 : Dalila Ennadre, Projection du documentaire « J’ai tant désiré » (qui relate l’histoire de Fadma, marocaine incorporée dans un Bordel Militaire de Campagne pendant la guerre d’Indochine).

Dalila Ennadre est née en 1966 à Casablanca. Après avoir grandi à Paris, elle va séjourner successivement, de 1985 à 1996, en Guyane, en Allemagne, au Maroc et au Canada. Documentariste, elle a notamment réalisé El Batalett, Femmes de la médina en 2000, La caravane de Mé Aïcha en 2002 et Fama, une héroïne sans gloire en2004.

Contacts :

Christelle Taraud

Valérie Berty


RSS 2.0 [?]

Espace privé

Site réalisé avec SPIP
Squelettes GPL Lebanon 1.9